Édition mars 2021 : Le développement durable écoresponsabilité alimentaire, économie circulaire et partage de ressources   

Monsieur Éric Thibault (Imprimerie Sainte-Julie), Monsieur Guillaume Cantin (La Transformerie) et Madame Melissa Stoia (Synergie Montréal/PME MTL) se sont réunis l’instant d’une conférence sur différents aspects du développement durable dans le domaine alimentaire.  

 

  

Monsieur Thibault a ouvert le bal en partageant des informations fort intéressantes sur les étiquettes Linerless: le type d’étiquettes le plus utilisé en Europe dans le domaine alimentaire pour le frais et le surgelé. Elles  possèdent plusieurs avantages:  

 

  • 80% moins de colle et de silicone que les étiquettes conventionnelles;  
  • Zéro défaut à l’application;  
  • Étiquettes recyclables;  
  • Réduction significative de l’empreinte carbone; 
  • Impression recto verso disponible;  
  • 40% plus d’étiquettes par rouleau, donc moins d’arrêts de machine.

  

Le linerless est aussi certifié vert. En effet, il est approuvé comme une étiquette recyclable dans la catégorie «papier mixte» et films recyclables (PP) polypropylène. Il ne génère également aucun déchet à la fabrication et aucun à l’utilisation!  

  

Par la suite, Monsieur Guillaume Cantin de la Transformerie s’est entretenu sur le gaspillage alimentaire. La Transformerie met en marché les produits de la marque Les Rescapés, qui met en pot des tartinades fabriquées à base d’aliments moches dans les épiceries partenaires en leur redonnant une deuxième vie! La transparence est bien évidemment au cœur de ce projet pour mettre de l’avant la qualité et la quantité des invendus.  

 

La solution de Monsieur Cantin pour enrayer le gaspillage alimentaire? Selon lui, aucune solution magique ne permettra d’y parvenir, puisque le gaspillage alimentaire est une problématique complexe. L’expert spécifie que l’état d’esprit qui le guide dans son projet ne se concentre pas sur la solution, mais bien sur la pleine compréhension de la problématique! 

 

C’est finalement Madame Melissa Stoia qui a fermé le bal en abordant les circuits courts et l’économie circulaire! Pour parvenir à parler concrètement de ces deux sujets, Madame Stoia s’est appuyée sur un projet effectué avec les drêches issues des bières de microbrasseries montréalaises. L’enjeu était le suivant : ces grains bouillis conservent leurs bienfaits alimentaires, dont leur haute teneur en fibre, mais sont pourtant jetés immédiatement après le processus de transformation.

 

13 microbrasseries se sont penchées sur la récupération de gros volumes de drêches, avec l’accompagnement de Synergie Montréal, pour arriver à une solution durable. Ce projet a permis aux grands volumes de drêches initialement envoyés au dépotoir de servir à l’alimentation d’insectes et à la confection de produits de boulangerie! Un exemple parmi tant d’autres qui prouve qu’en alimentation, il est possible de trouver des pistes d’innovation très intéressantes pour encourager l’économie circulaire, le partage de ressources et enrayer le gaspillage alimentaire!   

Articles similaires
Gruo est une entreprise se spécialisant dans les mélanges de gruau. Leurs mélanges présentent des saveurs inusitées et des classiques revisités, en plus de contenir des... EN SAVOIR PLUS
L’Issue végane maison est une entreprise se spécialisant dans la fabrication de protéines alternatives. Le seitan, les boules granolas et la tartinade lupins et artichauts... EN SAVOIR PLUS
Madame Katell Burot, présidente du CIBÎM, et Madame Chantal Vézina, directrice générale du CIBÎM, ont assisté à différentes rencontres de concertation dans les dernières semaines afin... EN SAVOIR PLUS